Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2016

SNOB…LA FAMILLE ACKERMANN

Bonjour chers amis de la famille Ackermann !!!!

Des #mot du #jour : FAISEUR et bien on en trouve de moins en moins par contre des "parleur" ça pullule les rues et pas que les rues d'ailleurs ... #cyril le #pere #invisible mais #present a besoin d'espace et a choisi de partir dans le nord Canadien ! Excellent choix aussitôt approuvé par l'#excentrique #famille #ackermann qui l'a suivi . Le Nord canadien appelé localement simplement le Nord est une vaste région nordique du Canada défini de façons variées géographiquement et politiquement. Politiquement, le terme fait référence aux trois territoires canadiens : le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut. De manière similaire, le Grand Nord fait davantage référence à l'Arctique canadien : la portion du Canada qui se trouve au nord du cercle Arctique.

Depuis 1925, le Canada a revendiqué la partie de l'Arctique entre 60 °W et 141 °W de longitude, s'étendant jusqu’au au pôle Nord : toutes les îles de cette région sont canadiennes et les eaux sont territoriales. Les revendications territoriales dans cette région sont cependant sujettes à des désaccords juridiques avec les pays riverains de la zone. Ainsi, le Canada et l'URSS/Russie prétendent tous les deux que leur territoire respectif s'étend en extension de leur limites longitudinales vers pôle Nord, ce qui amène à un chevauchement. Les États-Unis, eux, ne reconnaissent pas cette définition et ne font pas de réclamation de leur secteur depuis la côte côte arctique de l'Alaska. D'autres pays se basent sur l'extension du plateau continental à partir de leur côtes. C'est le cas de la demande du Danemark/Groenland qui s'étend sur une partie contestée par le Canada. En principe, les navires étrangers, à la fois civils et militaires, sont autorisés à passer dans les eaux territoriales d'un littoral soumis aux règles de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, en autant que ce soit pour des fins non belliqueuses. Ce droit de passage n'est cependant pas permis dans les eaux intérieures, plans d'eau fermé ou dans un archipel. Les désaccords sur la définition des eaux intérieures des revendications rend ce droit difficile à appliquer : le Danemark, la Russie, le Canada et la Norvège voient ces eaux comme des eaux intérieures alors que l'Union européenne et les États-Unis les voient comme des eaux territoriales ou même internationales.

Ceci est particulièrement important pour le passage du Nord-Ouest, qui s'ouvre de plus en plus à la navigation à cause du réchauffement climatique, et qui deviendra un enjeu économique et écologique. Le Canada affirme son contrôle sur ce passage dans le cadre des eaux intérieures canadiennes, car il est à moins de 20 km d'îles canadiennes, alors que les États-Unis affirment qu'il est dans les eaux internationales. De même, l'île Hans dans le détroit de Nares, est à l'ouest du Groenland et revendiquée à la fois par le Danemark le Canada.

famille-ackermann.com

Si la #famille #ackermann n'#existait pas, il aurait #fallu l’#inventer

 

SNOB…LA FAMILLE ACKERMANN

FAMILLE-ACKERMANN.COM

https://www.facebook.com/pages/La-Famille-Ackermann/469094403145843

@clanackermann

FAMILLE-ACKERMANN.jpg

FAMILLE-ACKERMANN0.jpg

FAMILLE-ACKERMANN1.jpg

FAMILLE-ACKERMANN2.jpeg

Les commentaires sont fermés.