Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2016

SUPRÊME…LA FAMILLE ACKERMANN

Bonjour chers amis de la famille Ackermann !!!!

C'est tout de même agréable ce #mot du #jour : CAGNARDIER de temps à autre se laisser bercer par la fainéantise ... Bon bien sur, il faut éviter de travailler pour l'#excentrique #famille #ackermann enfin surtout #pascale qui a même du mal à comprendre pourquoi on part en vacances quelques fois ... Je lui dit que #cyril le #pere #invisible mais #present est souvent en voyage, mais #pascale me rétorque que c'est pour le travail sinon elle n'accepterait jamais autant de déplacement pour rien ... D'ailleurs #cyril est parti assister à je ne sais quel folklore local dans je ne sais quels pays .

L'intérêt pour le folklore se développe en Europe vers la fin du xviiie siècle, dans le contexte du nationalisme romantique et de l'émergence des nations européennes. Pour Johann Gottfried von Herder, les classes paysannes sont tout à la fois les dépositaires, les véhicules et les gardiennes d'un « génie du peuple », qui s'est modelé par le contact des hommes avec la terre et le climat et qui s'est transmis d'une génération à l'autre, depuis l'Antiquité, dans la langue, notamment dans les productions langagières populaires de tradition orale, telles les épopées, les contes et les légendes. Dans une vision universaliste, Herder soutient que chaque peuple possède son « génie » unique et singulier, lequel apparaît comme le fondement par excellence du renouveau culturel qui doit permettre de réunifier les peuples germaniques. C'est sur les incitations de Herder que les frères Jacob et Wilhelm Grimm s'engagent, en pionniers, dans de vastes entreprises de collecte de traditions orales, devant mener à la découverte de l'essence de ce « génie du peuple », qu'on conçoit alors comme devant permettre de renouer avec le caractère authentique d'une culture nationale perdue par les élites. Rapidement, l'initiative des frères Grimm sera imitée dans toute l'Europe (de l'Est et de l'Ouest) et dans les pays scandinaves. Dès le xixe siècle, on entreprend de faire l'éducation du peuple à son propre folklore, lequel apparaît comme menacé de disparition sous les effets de la modernité et de l'urbanisation. Les démarches visant à la diffusion du folklore prennent la forme de véritables propagandes nationalistes, s'attachant essentiellement à faire ressortir l'originalité et les spécificités du folklore propres à chaque peuple, permettant de le distinguer des peuples voisins et de le rattacher à ceux que, dans le contexte de mise en place des identités nationales, on désigne comme ses lointains ancêtres.

famille-ackermann.com

Si la #famille #ackermann n'#existait pas, il aurait #fallu l’#inventer

 

SUPRÊME…LA FAMILLE ACKERMANN

FAMILLE-ACKERMANN.COM

https://www.facebook.com/pages/La-Famille-Ackermann/469094403145843

@clanackermann

FAMILE-ACKERMANN0.jpg

FAMILLE-ACKERMANN.jpg

FAMILLE-ACKERMANN2.jpg

FAMILLE-ACKERMANN3.jpeg

Les commentaires sont fermés.